Pierre Gerard : Emprunté à la transparence d’une forêt sans rose

du 11 mai au 22 juin 2019

Vernissage ce samedi 11 mai de 17h à 19h en présence de l’artiste.
Exposition accessible du jeudi au samedi de 14h à 18h et sur rendez-vous.
Fermé le jeudi 30 mai
Accès libre

Né en 1966, Pierre Gerard vit et travaille à Liège. Dans sa production se mêlent sculpture, peinture, et installation.

Il réalise des objets-sculpture, véritables petites architectures ayant comme particularité d’être constituées d’éléments en carton, bois, plâtre, cuir, textile… que l’artiste glane au hasard de ses déambulations. Tant la forme que la matière l’inspire. L’ensemble est ensuite longuement travaillé et parfois installé dans un contenant en bois, en plastique ou en verre. Ces petits volumes demandent qu’on s’y attarde, que notre regard s’y habitue pour mieux s’y perdre et en capter toute la poésie.

Sa production picturale, figurative ou abstraite est volontairement limitée. Pour les compositions monochromes, la peinture à l’huile adjointe de cire d’abeille est déposée sur le carton en de grands aplats colorés d’apparence velouté.

Les peintures figuratives, « images volées » comme il les nomme, nous interrogent sur le traitement et la valeur des images aujourd’hui.

Depuis le milieu des années 90, Pierre Gerard fait l’objet d’expositions tant privées que collectives et est présent dans de nombreuses collections.

L’exposition aux Drapiers donne à voir une sélection d’œuvres datant de 2000 à 2019, entre la peinture et l’objet.

Pierre Gerard, sans titre, coquillage de jardin, cône de carton, sable, bois divers, feutre, 21,5 x 16x 14, 2019.

Pierre Gerard, Kaas, technique mixte, 8,8 x 8,6 x 8,4 (position variable), 2018.