Plaques Tournantes / Luc Bienfait

 

Une collection de portraits qui n’a de cesse de s’accroître suit Luc Bienfait qui transporte avec lui cette foule de visages, individualités touchantes et constitutives de son vécu (personnes handicapées rencontrées dans son travail, vieux voisins, un ami parti, des proches).Par sa maîtrise du geste, Luc Bienfait instaure un jeu d’ombres et de lumières, tel un procédé pour faire émerger de la matière l’énergie des êtres. On perçoit alors, au détour d’un trait, quelque part dans l’épaisseur du papier et de l’encre, le frémissement du vivant.Luc Bienfait écarte le modèle classique du portrait, pas d’épaules, pas de pause. Il isole, par un recadrage systématique, les visages pour ne conserver que l’essentiel, l’intensité de leurs expressions, porteuses d’une humanité profonde. La scène est dans le visage. L’apparition d’une présence au monde est l ‘événement singulier que l’artiste saisit.L’artiste habille ses personnages de poésie, par la production de vers, échos de leur existence, incantations pour l’image. Les mots redouble leur présence.
Ce n’est pas par hasard si Luc Bienfait puise dans le vocabulaire technique et visuel des allures anciennes de la gravure. Les travaux de Luc Bienfait fonctionnent comme une expansion de la rencontre au travers du travail de la gravure. Peu représentés au cours de l’Histoire, on peut lire un hommage à des personnages extraordinaires parfois soustraits du quotidien de notre vie en société, aux marginaux, dont la sagesse transparaît ici, immense, joyeuse et grave… portraits à aimer aussi en peinture.

Anna Ozanne
pour Les Drapiers mars 2015

 

 

 

retour vers l’article >>