Edith DEKYNDT

Du 20 août au 16 octobre 2016

Logo_Bip2016_Vertical_01

Dans le cadre de la BIP, Biennale de l’Image Possible.

À peine sortie d’une grande rétrospective au Consortium de Dijon et au Wiels à Bruxelles, Edith Dekyndt présente son travail à Liège : un projet créé ad hoc pour les espaces singuliers de la galerie Les Drapiers.

Née à Ypres en 1960, Edith vit actuellement entre Tournai et Berlin. Ses œuvres (vidéos, photographies, dessins, sculptures) sont issues de l’observation des phénomènes physiques à travers des expérimentations empiriques où l’artiste questionne la perception, le visible et l’invisible, notre capacité ou incapacité de contrôler la phénoménologie du quotidien.

La contamination matérielle, organique, spatio-temporelle fait de son œuvre un terrain de recherche en mutation perpétuelle. Son art est plus que jamais expérience.

Pour sa première exposition personnelle à Liège, la galerie Les Drapiers accueille son travail comme une sorte de boîtier à compartiments. La sélection des œuvres suit l’architecture poétique du lieu : un ensemble de petits espaces, chacun avec une planimétrie, une lumière et une atmosphère différente, deviennent le scénario d’une récolte inédite. Il s’agit de pièces intimes, parfois jamais montrées au public. Œuvres et documents qui ont proliféré au cours des années dans l’habitation et l’atelier de l’artiste, restés ancrés à la sphère privée de la vie d’Edith ou de ses amis collectionneurs, sont aujourd’hui accessibles au regard du public, tout au long d’un parcours qui en conserve l’esprit intime et discret, à la fois de l’enveloppe et du contenu : substance organique, morceaux de l’histoire de l’artiste.

Ici l’image est trait, matière ou document mais surtout assemblage et agencement. Les éléments du passé et du présent, fragments d’un art qui oscille entre privé et public, fait d’innombrables tesselles d’une mosaïque, mutable, en devenir.

L’artiste s’arrête, observe et se laisse observer.

Félix Taulelle, assistant d’Edith depuis 2013, fouille, choisit, découvre et donne à redécouvrir  des œuvres produites au début du parcours de l’artiste.
Un recueil d’images filmées par l’artiste, archives, anciens catalogues, gouaches sur ardoise, dessins à la mine de plomb, série d’yeux, laques de sang, une toile de 1987 où Edith expérimente pour la première fois l’utilisation du noir pour « soustraire » l’objet. Des figurines, vestiges d’une installation de 1996, deux dessins sur velours… La plupart des pièces présentées appartient aux années qui précèdent l’exposition «Laboratory 01 » dans la galerie Espace l’Escaut à Bruxelles en 1995.

Ce qui intéresse l’artiste est d’intervenir dans l’espace spatio-temporel et de créer un parcours interstitiel à travers son travail. La galerie Les Drapiers lui rappelle sa maison et son atelier. L’œuvre s’incruste dans les anciens murs comme une protubérance naturelle, et annule les distances d’un art exposé. L’architecture nous accompagne dans une itération intérieur/extérieur comme une sorte d’itinéraire fluide à travers les inconnus ou les peu connus d’une artiste désormais célébrée internationalement.

Une exposition introspective, plus qu’une rétrospective, les pièces présentées sont des œuvres d’atelier ou des travaux directement passés des mains de l’artiste à ses amis. Elles racontent les essais et les choix, son intérêt pour les matières et les textures, la transformation de la vie et la perception de l’instant. Mais il s’agit également de repères documentaires de son travail, qui deviennent des organes vitaux de son être en devenir, persona et artiste.

L’exposition est une expérience de proximité et de confiance.

 

www.edithdekyndt.be

 

Ouverture le 20 août de 14h à 17h

Vernissage en présence de l’artiste le samedi 27 août à partir de 15h

Exposition accessible du jeudi au samedi de 14 à 19h, le dimanche de 14 à 18 h

Aussi sur rendez-vous.

Accès libre.

 

Avec le soutien de la Fédération Wallonie Bruxelles, de la Région Wallonne et de la BIP, Biennale de l’Image Possible.

Edith Dekyndt, la bibliothèque.
Photo: Félix Taulelle, 2013.
Papiers dorés sur tranche – détail.
Oeuvre acquise par la Banque Nationale.

NEDERLANDSE VERSIE

In het kader van de BIP, de ‘Biennale de l’Image Possible’

EDITH DEKYNDT

van 20 augustus tot 16 oktober 2016

Edith Dekyndt, die zopas een grote retrospectieve had in het Consortium te Dijon en in het Wiels te Brussel, stelt haar werk nu voor te Luik, in een ad hoc gecreëerd project voor de speciale ruimten van galerij Les Drapiers.

De in 1960 te Ieper geboren Edith leeft tegenwoordig tussen Doornik en Berlijn. Haar werk (video’s, foto’s, tekeningen, beeldhouwwerken) is het resultaat van de waarneming van fysische verschijnselen tijdens empirische experimenten, waarbij de kunstenares vragen stelt omtrent de waarneming, het zichtbare, het onzichtbare en ons vermogen of onvermogen om de fenomenologie van het dagelijks leven te beheersen.

De materiële, organische en ruimte-tijdelijke besmetting maakt van haar werk een voortdurend muterend onderzoeksgebied. Haar kunst is meer dan ooit ervaring.

Eens te meer staat de kunstenares stil en observeert ze…

Edith zoekt in haar atelier en haar woning, de plekken waar ze leeft en werkt, en wordt daarbij vergezeld door de jeugdige kijk van haar assistent Félix Taulelle. Ze beslist zelf wat ze opnieuw zal samenbrengen en op welke wijze, in een volgorde die het midden houdt tussen herinnering en ontdekking, een geheel dat de intimiteit en de organische substantie onthult van een reeks privévoorwerpen en nooit aan het publiek getoonde beelden.

Een veeleer introspectieve dan retrospectieve tentoonstelling, waarin de voorgestelde stukken atelierproducten zijn of werk dat direct uit de handen van de kunstenares naar haar vrienden ging. Ze vertellen van de pogingen en de keuzes, van haar belangstelling voor materialen en texturen, voor de omvorming van het leven en de waarneming van het ogenblik. Maar het gaat ook om tekstuele aanknopingspunten voor haar werk, zoals oude catalogi die vitale organen worden van haar wezen in wording, persona en kunstenares.

Edith is hier zoals bij haar thuis. De tentoonstelling is een unieke ervaring van nabijheid, vertrouwen en eerlijkheid tussen de kunstenares en haar publiek.

Neem daaraan deel.

www.edithdekyndt.be

Opening op 20/08 vanaf 14u tot 17u

Vernissage in aanwezigheid van de kunstenares op zaterdag 27 augustus vanaf 15u

De tentoonstelling is toegankelijk van donderdag tot zaterdag van 14 tot 19u, op zondag van 14 tot 18u en op afspraak.

Vrije toegang.

Met de steun van de Federatie Wallonië-Brussel, van het Waals Gewest en van de BIP, ‘Biennale de l’Image Possible’.

Edith Dekyndt, de bibliotheek.
Foto: Félix Taulelle, 2013.
Op snede verguld papier – detail.
Dit werk werd aangekocht door de Nationale Bank.

ENGLISH VERSION

As part of the BIP, Biennale de lImage Possible / Liège

EDITH DEKYNDT

from 20 August to 16 October 2016

Having recently completed a major retrospective at the Consortium in Dijon and at the Wiels in Brussels, Edith Dekyndt is presenting her work in Liège, a project created ad hoc for the unique spaces of the Les Drapiers gallery.

Born in Ypres in 1960, Edith currently lives between Tournai and Berlin. Her works (videos, photographs, drawings, sculptures) originate from the observation of physical phenomenon through empirical experiments in which the artist questions perception, the visible and the invisible, our ability or inability to control the phenomenology of everyday life.

Organic spatio-temporal material contamination makes of her work a perpetually transforming field of research. Her art is more than ever about experience.

Once again, artists stop and observe…

Accompanied by the fresh gaze of her assistant, Félix Taulelle, Edith rummages through her studio and her house, her living and work spaces. She herself decides what and how to reassemble, in an order half way between memory and discovery, an ensemble which discloses the intimacy and the organic substance of a series of private objects and never-shown images to the public.

An introspective rather than a retrospective exhibition, the pieces shown are studio works or works passed on directly from the hands of the artist to her friends. They recount the trials and the choices, her interest in materials and textures, the transformation of life and the perception of the instant. But they also concern the textual points of reference of her work, such as old catalogues, which become the vital organs of her being in the process of becoming, persona and artist.

Edith is present here as herself. The exhibition is a unique experience of proximity, trust and honesty between the artist and her public.

Step inside.

www.edithdekyndt.be

Open from 20/08 at 2 pm to 5 pm

Preview in the presence of the artist on Saturday 27 August from 3 pm

The exhibition is open from Thursday to Saturday 2 pm to 7 pm, and on Sunday from 2 pm to 6 pm,

or by prior arrangement.

Admission free.

With the support of the Fédération Wallonie Bruxelles, of the Walloon Region and the BIP, Biennale de l’Image possible.

Edith Dekyndt, la bibliothèque.
Photo: Félix Taulelle, 2013.
Gilt-edged paper – detail.
Work acquired by the Banque Nationale.

En images

Edith Dekyndt - Sans titre- 1993. Série de 16 huiles sur toile de lin tendur-es sur châssis. Coll. Edith Dekyndt. Photo : Felix Taulelle.

Edith Dekyndt – Sans titre- 1993. Série de 16 huiles sur toile de lin tendues sur châssis. Coll. Edith Dekyndt. Photo : Felix Taulelle.

Edith Dekyndt - Sans titre - 2015. Couverture de laine, glycérine. Coll. Edith Dekyndt. Photo : Felix Taulelle.

Edith Dekyndt – Sans titre – 2015. Couverture de laine, glycérine. Coll. Edith Dekyndt. Photo : Felix Taulelle.

Edith Dekyndt - Sans titre - 1987. 3 ensembles de 6 ardoises, gravure, gouache bleue. Coll. privée. Photo : Felix Taulelle.

Edith Dekyndt – Sans titre – 1987. 3 ensembles de 6 ardoises, gravure, gouache bleue. Coll. privée. Photo : Felix Taulelle.

Edith Dekyndt - Sans titre- 2015. Laque de sang sur toile de lin tendue sur châssis. Coll. Edith Dekyndt. Photo : Felix Taulelle.

Edith Dekyndt – Sans titre- 2015. Laque de sang sur toile de lin tendue sur châssis. Coll. Edith Dekyndt. Photo : Felix Taulelle.