Alice Leens

Le fil, unité de géométrie appliquée


 

Exposition du 23 janvier 2016 au 12 mars 2016

Du jeudi au samedi de 14h à 18h
 ou sur rendez-vous

Accès libre

 

Recherches textiles et installations

La galerie Les Drapiers vous convie à sa prochaine exposition « Le fil, unité de géométrie appliquée », par Alice Leens, du 23 janvier 2016 au 12 mars 2016.

Textile designer fraîchement diplômée de La Cambre (Bruxelles) en 2015, Alice Leens (participation prix Hainaut textile, 2015) poursuit son travail expérimental, commencé il y a 3 ans, autour du fil. Le fil, fondement de toute fabrication textile, s’émancipe de son rôle utilitaire pour contempler son propre corps, éprouver sa présence libérée. Les recherches d’Alice Leens renouvellent l’expérience de notre appréhension de la réalité : « S’il fallait donner un sens à mon travail, ce serait celui-là : permettre au spectateur de se laisser toucher, ne fût-ce que l’espace d’un instant, par la beauté d’un objet banal qu’il ne voit plus ». Au travers de l’étude de décomposition et de composition de structures des fils, des cordes, telle une étude scientifique, Alice Leens sonde l’univers, les possibilités infinies de création et de signification à partir d’un ADN filamentaire. Le textile est définitivement un langage plastique et sémantique.

cordealice main - copie

copyright photo : Sofia Chalaguina, 2015.

Texte français

Textile designer diplômée avec une mention « coup de cœur » de La Cambre (Bruxelles) en 2015, Alice Leens (sélectionnée pour le prix du Hainaut des Arts plastiques 2015, prix Tremplin WCC-BF 2015) présente ici des pièces anciennes et récentes choisies avec la commissaire Denise Biernaux, offrant une vue d’ensemble sur un travail expérimental commencé il y a 3 ans autour du fil, fondement des bases de sa démarche actuelle.

Si la corde est une réunion de brins d’une matière textile tordus ensemble, elle porte également en elle les caractéristiques d’un élémentaire textile, tout comme le fil qui constitue l’essence de tout objet textile. Ici le fil s’émancipe de son rôle utilitaire pour contempler son propre corps, éprouver sa présence libérée. Livrée au regard, l’intériorité du fil révèle la complexité de son univers, miroir de l’humanité.

Au travers de l’étude de décomposition et de composition des structures des fils, des cordes, mais également par des essais (teinture, tressage, tissage, maille…), telle une scientifique, Alice Leens sonde l’univers, les possibilités infinies de création à partir d’un ADN filamentaire. De la formule originelle naît la chair. L’âme de la corde percée à jour, fil au centre de la structure étudiée, livre un rythme. De cette chorégraphie, naissent des peintures abstraites pour comprendre un mouvement, telle une propriété mathématique. Des formes plastiques démultipliées, propriétés géométriques nouées de complexité apparaissent, disparaissent. Les expérimentations d’Alice Leens dissèquent, déploient, répètent l’unité fondamentale et primaire. Les couleurs primaires sont parfois convoquées, tel un travail en intraveineuse du textile pour montrer des techniques, des chemins de fils. Il s’agit de façonner la ligne pure qui se détache du plan. Geste au dessin qui fait advenir la forme, puis subséquemment le signe, le fil, gagne en autonomie et devient sculpture, la surface qui s’épaissit et devient architecture de tressages, d’entrelacements.

Dans la continuité de ce travail, Alice Leens sculpte la corde à partir de la surface. Changement de direction. La corde réveille son potentiel, se crée à partir de fils issu d’un déchirement de textiles pour faire jaillir de l’action, une figure en tension. Alice Leens élabore un vocabulaire pour « affirmer le textile comme langage plastique ». Par un certain aspect minimaliste, la réflexion porte sur la perception des objets et leur rapport à l’espace. Les recherches d’Alice Leens renouvellent l’expérience de notre appréhension de la réalité : « S’il fallait donner un sens à mon travail, ce serait celui-là : permettre au spectateur de se laisser toucher, ne fût-ce que l’espace d’un instant, par la beauté d’un objet banal qu’il ne voit plus ».

L’installation Filature belge de fils fantaisie (2015) est réalisée suite au prix Jean-Louis Dupont 2014 (Manufacture de fils d’Ellezelles, Wallonie). Dans sa volonté de travailler à partir des archives de la manufacture, la designer se heurte à une absence. Rien ou presque, à part l’interview de retraités de l’usine et un article de journal, n’a été gardé. Changement de direction, il s’agit alors de combler un vide, reflet d’un désintéressement pour un pan du patrimoine industriel dont le fil est unique témoin et personnage rescapé. Les qualités sémantiques et symboliques du fil pour tisser des liens entre différents seuils de représentation et de mémoire s’articulent. Alice Leens spatialise, par la mise en relation de récits oraux et la reconstitution d’empreintes plastiques d’archives inexistantes une disparition (inventaire de modèles de fils, palimpsestes de bobines sculptures). Se débobine un pan de l’histoire du fil en commun avec un bout de la nôtre.

Par le travail d’Alice Leens la corde surgit dans toute son abstraction, étrange substance qui augmente et porte nos images : elle est nos boyaux, nos veines, splendeurs intérieures, elle est notre double, tordu de douleur, emmêlé d’émotions, torsadé de sentiments, embobiné de joie. Individu solitaire, le fil noue des liens avec ses semblables, traçant l’idée d’une société humaine complète et équilibrée une corde incassable. Il est l’homme au travail, à la tâche, particule utilitaire à la chaîne, il est le penseur, esprit contemplatif, libre rêveur d’un monde mieux tressé dont il porte l’ordonnancement parfait en son for intérieur.

Anna Ozanne.

Nederlandse versie

Les Drapiers is een galerij met een bijzondere aandacht voor de basiselementen van het textiel, te weten, draad, garen en vezels in alle mogelijk vormen, composities en structuren van Alice Leens. In haar volgende tentoonstelling van 23 januari 2016 tot 12 maart 2016: « Le fil, unité de géometrie appliquée » (Het garen, harmonie van toegepaste geometrie), presenteert de galerij de eenheid en harmonie van het plastische onderzoek in een selectie van kunstwerken. Alice Leens behaalde haar diploma textieldesigner « cum laude » aan La Cambre (Brussel) in 2015. In hetzelfde jaar was ze laureaat van de prix du Hainaut. Na drie jaar zet ze haar experimenteel werk rond het garen verder.

In textiel vormt het garen de basis voor elke vorm. In deze tentoonstelling komt het garen los van zijn utilitaire rol om zichzelf te bekijken en te genieten van haar vrije aanwezigheid. Open en bloot toont het garen de complexiteit van zijn universum als spiegel van de mensheid. Doorheen een studie van de compositie en decompositie van de garenstructuren peilt Alice Leens het universum via de wetenschappelijke studie van de draad, de oneindige creatiemogelijkheden en De betekenis vertrekkend van een vezel-DNA. Uit elkaar gehaalde plastische vormen, aan elkaar gekoppelde geometrische complexiteitskenmerken verschijnen en verdwijnen opnieuw. Alice Leens maakt gebruik van een plastische woordenschat om van textiel een harmonisch geheel van toegepaste geometrie te maken. De formule is afgeleid van de huid. De zuivere lijn komt los uit het vlak en wordt een sculptuur. Door vlechten en verstrengeling wordt het vlak dikker en wordt het uiteindelijk een architectuur.

Een andere dimensie van de reflectie van Alice Leens betreft een archiefwerk over het garen (prijs Jean-Louis Dupont 2014, Manufacture de fils fantaisie d’Ellezelles, Wallonië). Via garensculpturen, vormsamenstellingen, plastische echo’s van een afwezigheid, die klosjes voorstellen en een inventaris van garenmodellen wordt de geschiedenis het garen verhaalt en wordt de link gelegd met het verdwijnen van een menselijke creatieve activiteit.

Voor Alice Leens is textiel duidelijk een plastische en semantische taal.

 

Tentoonstelling van 23 januari 2016 tot 12 maart 2016

van donderdag tot zaterdag tussen 14 en 18 uur
 of op afspraak

Gratis toegang

English version

Les Drapiers is threading its way softly and welcoming the basic elements of textiles which are strings, threads and strands, in all their states, from Alice Leens’ sculptures and installation. The gallery is presenting its next exhibition, “Le fil, unité de géométrie appliquée” [Thread as a unit of applied geometry] from 23 January 2016 to 12 March 2016 which is the expression of the heart, unity and whole of a piece of plastic research through a selection of works. A graduate textile designer with a “Special Mention” from La Cambre (Brussels) in 2015, Alice Leens (selected for the 2015 Hainaut prize) is continuing with the experimental work around yarn which she started 3 years ago.

In textiles, yarn is the basis, the foundation on which any form is manufactured. Here it is emancipated from its utilitarian role to contemplate its own body, and experience its liberated presence. Exposed to view, the very heart of the yarn reveals the intricacy of its world, a mirror of humanity. Through studying the breakdown and composition of yarn and string structures, and indeed such a scientific study, Alice Leens is probing the universe, the infinite possibilities of creation and meaning from a filament DNA. Augmented plastic shapes, geometric properties wreathed with complexity appear and disappear – Alice Leens is fashioning a plastic vocabulary to make the basic building blocks of textile a unit of applied geometry. Flesh is born from the original formula. The pure line breaks away from the flat and becomes a sculpture, braided, interwoven – the surface gets thicker and becomes architecture.

Another dimension of Alice Leens’ study concerns work on yarn archiving (the 2014 Jean-Louis Dupont prize, Manufacture of Ellezelles fancy yarns, Wallonia). Thread sculptures, making shapes, plastic echos of something missing, evoking reels, the inventory of thread models – all this examines the memory of thread and its links with the disappearance of a creative human activity.

For Alice Leens, textile thus reveals itself clearly to be a plastic and semantic language.

 

Exhibition from 23 January 2016 to 12 March 2016

From Thursday to Saturday, from 14:00 to 18:00
or on appointment

Free access

en images

IMG_2329 IMG_2342 IMG_2337